Marche européenne contre la vivisection à Paris – Samedi 23 avril 2011

Revue de presse de la marche (à consulter au bas du présent compte-rendu)

Nous étions plus de 1000 Européens dans la rue à Paris
samedi 23 avril 2011 à l’occasion d’une marche européenne contre la vivisection

[tylr-slidr userID= »68951274@N06″ groupID= » »]http://www.flickr.com/photos/internationalcampaigns/sets/72157628721686591/[/tylr-slidr]

C’est sous un grand soleil qu’une marche européenne unitaire contre la vivisection s’est déroulée samedi 23 avril 2011 à Paris à l’initiative d’International Campaigns, de la Fondation Brigitte Bardot et d’Antidote Europe, à l’occasion de la Journée Mondiale des Animaux dans les Laboratoires (JMAL) dans le cadre de l’édition 2011 de la Semaine Mondiale pour la libération des Animaux de Laboratoires qui s’est concrétisée en France par une dizaine d’actions du 16 au 24 avril dont une marche régionale à Lyon.

Malgré le chassé-croisé des vacances de Pâques, plus d’un millier d’Européens ont défilé dans Paris pour dire STOP AUX ANIMAUX DANS LES LABOS ! et dénoncer l’expérimentation animale comme pratique scientifiquement et éthiquement irrecevable.

Tout a commencé par le rassemblement Place de l’Hôtel de Ville à Paris dès 13h30 de nombreuses personnes et associations venues de toute la France (notamment des départements suivants : Alpes-Maritimes, Ardennes, Aube, Bouches-du-Rhône, Charente-Maritime, Corrèze, Côte d’Or, Dordogne, Drôme, Eure, Eure et Loir, Gironde, Haute Marne, Haute Vienne, Hérault, Isère, Loiret, Marne, Nièvre, Nord Finistère, Pas de Calais, Sarthe, Seine Maritime, Somme, Var et Yonne), mais aussi de Belgique (associations GAIA, Animaux en péril et SEA venues en nombre), d’Italie, ainsi que de Suisse (dont deux représentants de la LSCV), de Grande-Bretagne, d’Allemagne et d’Espagne.

Jusqu’à 15h, sur le parvis de l’Hôtel de Ville, deux stands (International Campaigns et Antidote Europe) ont permis de donner plus de visibilité à la lutte contre l’expérimentation animale tandis que des interventions de représentants d’associations pour la défense/les droits des animaux et pour la promotion d’une science sans animaux se sont enchaînées.

Benoît, le militant cycliste qui est parti le 02 avril dernier de Montpellier et a traversé la France avec son vélo équipé d’un stand mobile dans le cadre de l’« Opération Vélo contre la vivisection » , est arrivé sur la place sous les applaudissements et a été accueilli par deux militantes déguisées en lapin,

Il a pris la parole pour expliquer le but de son action (voir l’interview de France Info) puis a ensuite ouvert le cortège de la marche européenne. L’occasion de saluer les nouvelles formes de militantisme comme l’initiative de Benoît qui permettent de donner plus de visibilité et d’impact à la lutte contre la vivisection.

Tout en rappelant la position abolitionniste d’International Campaigns et de cette marche, un animateur du collectif a expliqué les raisons qui ont plus particulièrement motivé l’organisation de cette marche européenne. Ont été notamment mentionnés :

  • la publication à l’automne 2010 du 6ème rapport statistique sur le nombre d’animaux utilisés pour des expériences en Europe qui indique une augmentation sensible du nombre(1) d’animaux torturés et tués dans les laboratoires européens dont la France, l’un des pays pratiquant le plus la vivisection en Europe avec l’Allemagne et le Royaume-Uni ;
  • le caractère régressif de la révision de la Directive européenne 86/609/CEE(2) relative à la « protection des animaux utilisés à des fins expérimentales ou à d’autres fins scientifiques » ;
  • la menace du report au-delà de mars 2013 de la date butoir de la Directive Cosmétiques(3) (jusqu’en 2019 ou 2023) concernant l’interdiction de commercialiser en Europe des produits cosmétiques testés sur les animaux sous prétexte de non disponibilité de tests de substitution fiables pour 3 tests de toxicité ;
  • la fin de la priorité absolue accordée aux méthodes de substitution sans animaux ;
  • le refus par les plus hautes autorités françaises d’accorder aux étudiants comme Axelle un statut d’objecteur de conscience.

La parole a ensuite été donnée à André Ménache de l’association Antidote Europe qui a rappelé que, d’après les résultats d’un sondage de la Commission européenne datant de 2005, la majorité des citoyens de l’UE sont contre l’expérimentation animale. Il a insisté sur la nécessité d’informer et d’éduquer les parlementaires européens et a souligné, qu’en tant que vétérinaire, il ne pouvait pas tester un médicament pour les chevaux sur les perroquets et que se posait donc la question de la légitimité de tester sur les animaux les médicaments destinés aux humains. Il a également rappelé que les effets secondaires des médicaments, tous testés en amont sur les animaux, sont la 4ème cause de décès en France aujourd’hui, soit 20 000 personnes par an.

Puis ce fut au tour d’une représentante de la Coalition Antivivisection France d’expliquer les raisons de la campagne Air Souffrance dirigée contre la compagnie aérienne Air France-KLM qui transporte des primates à destination de laboratoires dans le monde entier. Cliquez ici pour en savoir plus sur cette campagne.

Ensuite, Christophe Marie, Directeur du Bureau de protection animale de la Fondation Brigitte Bardot, est intervenu et a notamment lu une lettre émouvante de soutien à la marche européenne de Brigitte Bardot avant de donner la parole à Patrick Sacco de l’association Respectons qui a évoqué ses années d’activisme pour les animaux et les actions directes menées dans les années 1970 à 1990 qui ont permis, selon lui, de faire parler de l’expérimentation sur les animaux dans les médias et sur la place publique.

Ensuite ce fut au tour des présidents de GAIA et de l’Association Bourdon de prendre le micro, puis des deux représentants de Pro Anima qui ont parlé du programme Valitox et enfin de Fabrizia Pratesi, coordinatrice du comité scientifique contre la vivisection Equivita qui a expliqué le travail de son association italienne.

Un militant italien à l’origine d’un comité pour l’abolition de l’expérimentation animale en Italie a expliqué le projet de création, à travers une mobilisation législative, d’une loi européenne d’initiative populaire pour bannir la vivisection.

Deux cercueils à la mémoire des 12 millions d’animaux utilisés chaque année dans les laboratoires (un chiffre officiel bien minoré et sujet à polémique), près d’un milliard à travers le monde1, et des 200 000 personnes victimes chaque année en Europe des effets indésirables des médicaments testés sur les animaux, ont été exposés sur des tréteaux dès 13h30 Place de l’Hôtel de Ville.

A partir 15 heures, un cortège de plus d’un millier d’Européens ouvert par Benoît et son vélo a accompagné ces deux cercueils en empruntant la rue du Temple, puis la rue Rambuteau et la rue des Francs Bourgeois jusqu’à la Place des Vosges. Ces cercueils ont été déposés devant le 6 place des Vosges, résidence de Victor Hugo, qui accepta en 1883 la présidence de la Ligue antivivisectionniste française en déclarant dans son discours inaugural : « La vivisection est un crime ! ». Ce slogan était celui imprimé en lettres géantes sur la banderole d’ouverture du cortège, banderole qui avait également servi de toile de fond aux prises de parole Place de l’Hôtel de Ville.

Tout au long du parcours, deux militantes déguisées en lapin ont porté une bâche « Directive Cosmétiques : Touche pas à l’échéance de mars 2013 » pour exiger que ne soit pas reportée l’échéance de mars 2013 qui doit mettre fin à la commercialisation dans l’espace européen de tout produit cosmétique testé sur les animaux.

En alternance avec la diffusion poignante de cris d’animaux tourmentés dans les laboratoires , des slogans ont été scandés tout au long de la marche depuis le véhicule sonorisé et relayés par des mégaphones, notamment : « Stop aux animaux dans les labos« ,  » Tous complices, tous coupables« , « Non à une science sans conscience« , »Oui aux labos sans animaux« , « Vivisection : Abolition !« , « La vivisection est un crime !« , « Barbarie : non !, Science éthique : oui !« , « Science barbare : Y’en a marre !« .

Tout au long de la marche, de nombreux tracts ont été remis aux passants et de nombreuses banderoles, pancartes et panneaux revendicatifs étaient brandis par les participants.

Un peu après 16h30, une minute de silence a été observée devant la maison de Victor Hugo Place des Vosges.

Les retombées médiatiques de cette marche sont importantes et nous vous invitons à consulter la rubrique Revue de presse plus bas.

D’autres associations (liste non exhaustive et dans le désordre) se sont jointes à la marche, en plus de celles citées au début du compte-rendu :

Mouvement vegan (Orléans), Société végane, CLAMA (Limoges), L214, One Voice, Romanian Stray Dogs Voice (Roumanie), CLEDA, SPA, Sea Shepherd, LFCV, Animaux Secours, MHAN, L’Ecole du Chat, Notre Dame de toute pitié, AFIPA et le Collectif CCEEA.

Au nom des millions d’animaux victimes chaque année de la vivisection et suppliciés dans les laboratoires, un grand MERCI à toutes celles et ceux qui se sont mobilisés et ont donné de leur temps moyens et de leur énergie pour que cette marche soit un succès !

Avant de se retrouver tous et encore plus nombreux en avril 2012 pour une nouvelle manifestation européenne d’envergure et afin que la marche du 23 avril ne soit pas une mobilisation sans lendemain, nous vous invitons à vous mobiliser, sans attendre, contre la vivisection en organisant des actions locales de sensibilisation au fléau de l’expérimentation animale pour les animaux et les humains.

N’hésitez pas à nous contacter pour savoir comment vous pouvez vous mobiliser localement toute l’année, notamment dans le cadre de la campagne STOP AUX ANIMAUX DANS LES LABOS !

Des relais mensuels de cette campagne sont assurés sous la forme de stands locaux et de happenings régionaux mensuels sur Paris et en région.

Rendez-vous le 21 avril 2012 à Paris à l’occasion de la SMAL 2012 pour un happening géant dénonçant la vivisection !

Collectif International Campaigns
info@international-campaigns.org – www.international-campaigns.org-  06 86 54 89 56

REVUE DE PRESSE (non exhaustive)

Chaînes de télévision

http://lci.tf1.fr/filnews/science/pres-d-un-millier-de-manifestants-europeens-contre-la-vivisection-6407772.html

http://www.france24.com/fr/20110423-pres-dun-millier-manifestants-europeens-contre-vivisection-a-paris

http://videos.tf1.fr/jt-we/la-corrida-inscrite-au-patrimoine-francais-6407805.html

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-Pres-d-un-millier-de-manifestants-europeens-contre-la-vivisection-a-Paris.htm?&rub=21&xml=newsmlmmd.fa6b866f89dba2bf27706b531f0c0ac8.341.xml

Radios

http://www.france-info.com/sciences-tech-environnement-2011-04-23-une-manifestation-a-paris-pour-dire-stop-aux-animaux-dans-les-labos-531801-29-31.html

http://www.france-info.com/ressources-son-netia-2011-04-23-manifestation-vivisection-paris-531820-47-48.html

http://www.europe1.fr/France/Vivisection-manifestation-a-Paris-511607/

http://www.rtl.fr/actualites/article/manifestation-a-paris-contre-la-vivisection-7679889870

http://www.rtl.be/info/monde/france/791086/pr-s-d-un-millier-de-manifestants-europ-ens-contre-la-vivisection-paris

Quotidiens en ligne

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/04/23/97001-20110423FILWWW00359-manifestation-contre-la-vivisection-a-paris.php

http://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/pres-d-un-millier-de-manifestants-europeens-contre-la-vivisection-a-paris_985906.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110423.AFP9707/pres-d-un-millier-de-manifestants-europeens-contre-la-vivisection-a-paris.html

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/04/23/pres-d-un-millier-de-manifestants-contre-la-vivisection-a-paris_1512207_3244.html

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=B44162223110423

http://www.estrepublicain.fr/fr/france-monde/info/4982919-Journee-contre-la-vivisection

Relais divers sur Internet (liste non exhaustive)

http://www.maxisciences.com/vivisection/manifestations-a-paris-pour-protester-contre-la-vivisection_art14203.html

http://actu.voila.fr/actualites/societe/2011/04/23/pres-d-un-millier-de-manifestants-europeens-contre-la-vivisection-a-paris_36440.html#openForm

http://actu.orange.fr/societe/pres-d-un-millier-de-manifestants-europeens-contre-la-vivisection-a-paris_128327.html

http://www.lechodelalys.fr/Actualite/France-Monde/France/2011/04/24/manifestation-contre-la-vivisection-a-pa.shtml

http://www.citizenside.com/fr/videos/la-couv/2011-04-25/36455/manifestation-contre-la-vivisection-des-animaux-a-paris.html

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-savants-fous-une-realite-92841

http://www.vegmag.fr/005-actus/041-animaux/543-manifestation-contre-la.html

http://www.suite101.fr/content/la-vivisection-animale-est-elle-vraiment-utile-a27658

http://www.oxygene.re/actualites/lexperimentation-animale-une-pratique-repandue-et-176784.html

http://www.lepost.fr/article/2011/04/24/2475755_video-de-la-manifestation-pour-l-abolition-de-la-vivisection-du-23-avril-2011-a-paris.html

NOTES
(1) 12 millions d’animaux utilisés est le nombre officiel d’animaux « sacrifiés » chaque année dans les laboratoires de l’Union européenne, des animaux toujours plus nombreux à être utilisés dans les laboratoires européens (dont plus de 10 000 primates par an), comme le signale le 6ème rapport statistique européen publié à l’automne 2010.

Cependant, ces 12 millions ne sont qu’une estimation puisque beaucoup d’animaux sont exclus des statistiques, notamment ceux morts pendant leur élevage, ceux sacrifiés pour prélever un ou des organes ou des tissus, maltraités, etc. Les animaux transgéniques « ratés » sont également exclus de ces statistiques officielles puisque la majorité d’entre eux vont mourir avant la naissance, soit un nombre énorme, le taux de réussite pour chaque animal transgénique étant de l’ordre de 1 à 2%. Aussi, le projet REACH de tester et retester des substances chimiques en Europe prévoit d’utiliser 54 millions d’animaux en plus des 12 millions officiels. De plus, aux États-Unis, les rongeurs et les oiseaux ne sont pas considérés comme des animaux bien qu’ils constituent la majorité des animaux utilisés dans les laboratoires américains.

(2) La Directive européenne 2010/63/EU relative à la « protection des animaux utilisés à des fins expérimentales ou à d’autres fins scientifiques » constitue le principal texte législatif communautaire concernant les animaux dans les laboratoires. Cette directive, qui remplace la Directive 86/609, devra être transposée dans les pays membres de l’Union européenne (UE) d’ici janvier 2013.

Ce nouveau texte prévoit notamment de réutiliser plusieurs fois le même animal si la douleur de l’expérience est considérée comme faible ou modérée et de laisser à l’appréciation du chirurgien la possibilité d’anesthésier l’animal. De plus, le recours aux méthodes de substitution validées scientifiquement n’est plus obligatoire. Ce texte autorise également les expériences sur les chats et permet d’utiliser des animaux domestiques errants dans le cadre de dérogations au contenu flou.

Historique : en novembre 2008, la Commission européenne a émis une proposition visant à réviser la Directive 86/609 datant de 1986. Soumise ensuite à 3 commissions du Parlement européen, cette proposition a été fortement dégradée par le vote de nombreux amendements émis sous la pression des industriels et des fournisseurs d’animaux. Lors du dernier final au Parlement européen le 8 septembre 2010, tous les amendements proposés pour tenter de faire évoluer ce texte ont été rejetés.

(3) Après des années de campagne par des organisations de défense des animaux, le 7ème amendement de la Directive européenne Cosmétiques a été salué comme une étape importante vers le remplacement total des animaux dans le cadre des tests cosmétiques. Ce 7ème amendement devait tracer la route vers l’interdiction de tester les produits cosmétiques finis sur des animaux à partir du 11 septembre 2004, suivie d’une interdiction de tester les ingrédients ou les combinaisons d’ingrédients à partir du 11 mars 2009. Enfin, l’objectif bien plus large d’interdire la commercialisation des cosmétiques testés sur des animaux doit prendre effet en 2013 pour rendre impossible la vente dans l’UE de produits cosmétiques testés ailleurs sur des animaux.

Toutefois, la CE tente actuellement de reculer l’échéance de 2013 destinée à interdire les tests des substances cosmétiques sur des animaux et souhaite désormais repousser la date butoir à 2019, voire au-delà.

Il n’y a pas d’excuse possible pour retarder la mise en ’uvre de méthodes modernes remplaçant les tests de toxicité sur les animaux. Le déploiement d’une stratégie basée sur des tests graduels sur du matériel humain et la compilation de données humaines aura toujours plus de valeur que les tests obsolètes sur des animaux. Une approche basée sur le poids des preuves peut permettre d’accélérer la validation de méthodes basées sur des données humaines. Le financement d’une telle stratégie est un impératif politique. La science a déjà fait les progrès nécessaires. Nous devons donc rejeter et résister activement à toute tentative de l’UE de retarder l’échéance visant à interdire les tests de substances cosmétiques sur les animaux.