Bonnes résolutions vegan

POURQUOI prendre la bonne résolution de devenir VEGAN pour la nouvelle année ?

Parmi toutes celles qui peuvent être citées, voici quelques bonnes raisons d’adopter un mode de vie vegan.

Pour les animaux

Exclure les produits d’origine animale de son alimentation, refuser de porter des vêtements qui en contiennent, d’utiliser les produits cosmétiques, de soin, d’hygiène et d’entretien qui ont été testés sur les animaux ou de participer à des spectacles et activités qui reposent sur leur exploitation, c’est contribuer à ne plus cautionner que des animaux soient utilisés et mis à mort pour notre subsistance et notre bien-être.

Tout changement individuel peut sembler n’être qu’une goutte d’eau dans l’océan. Et pourtant, si la France comptait aujourd’hui 150 000 vegans et que chacun d’eux s’engageait chaque année à accompagner une autre personne vers ce mode vie, plus aucun animal ne serait tué ni exploité en France en l’espace d’une décennie.

Les animaux ont des besoins spécifiques à leur espèce et chaque animal a sa propre personnalité et son propre caractère. Prendre la résolution de devenir vegan, c’est reconnaître que les animaux sont des êtres sensibles et respecter leurs droits à la vie et à la liberté.

Pour le plaisir du goût

Devenir vegan amène à découvrir tout un nouveau monde de saveurs.
Loin d’être fade et insipide, l’alimentation végétale regorge de produits et de plats délicieux souvent méconnus.
Connaissez-vous le tempeh, le seitan, les shitakés, les graines de chia, le chou kale, les noix du Brésil et le kombucha ? Avez-vous déjà goûté les haricots azuki, les lentilles beluga, les falafels, les fèves, l’épeautre ou le lait de millet ?
Les amateurs de cuisine familiale traditionnelle quant à eux parviendront sans mal à adapter leurs recettes préférées en mode végétal : tomates farcies, gratins, lasagnes, burgers, wraps, cookies, crêpes et glaces sont tout aussi savoureux en version vegan !

Pour la santé

L’alimentation végétale est viable et même meilleure pour la santé lorsqu’elle est menée de façon équilibrée. De nombreuses études montrent qu’elle permet d’éviter l’apparition de certains cancers, de diminuer le risque de diabète, de lutter contre les problèmes cardiovasculaires, les maladies dégénératives, l’ostéoporose, l’hypertension, l’hypercholestérolémie ou encore l’obésité.
Titulaire de la chaire de Recherche en nutrition au Canada et créateur de l’indice glycémique, David Jenkins est vegan et conseille à la population de le devenir également pour sa santé.

De nombreux sportifs affirment que leurs performances ont augmenté depuis qu’ils ont adopté une alimentation vegan, entre autres Patrik Baboumian, Carl Lewis, Serena Williams, Matt Frazier, Fiona Oakes et Murray Rose.

Pour l’environnement

Le secteur de l’élevage est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre qui participent au réchauffement climatique. Les alternatives végétales permettent tout à la fois de réduire ces émissions et de lutter contre la pollution des nappes phréatiques et des cours d’eau par les rejets des activités agricoles (nitrates [lisiers], ammoniacs, pesticides et engrais). Le mode de vie vegan se révèle par ailleurs être une solution efficace pour une répartition optimale des ressources : s’il faut 15 000 litres d’eau pour produire 1 kg de bœuf, il faut seulement 500 litres pour obtenir 1 kg de pommes de terre. De plus, l’élevage (pâturages et cultures fourragères) mobilise à travers le monde pas moins de 70% des terres agricoles alors que 4 fois moins de terres sont nécessaires pour produire une calorie végétale. Vu le nombre de personnes qu’elle permettrait de nourrir, une agriculture intégralement végétale contribuerait activement à enrayer la faim dans le monde.

COMMENT devenir vegan en toute simplicité ?

Vous souhaitez devenir vegan mais vous ne savez pas trop par où commencer. Vous vous posez pas mal de questions ? Voici quelques conseils pour gérer ce changement en toute sérénité.

S’informer

Peu importe les raisons qui vous ont poussé à vous orienter vers le véganisme, c’est l’information qui vous permettra de pérenniser ce changement. Certaines personnes viennent au véganisme pour les animaux. D’autres pour des raisons de santé. D’autres encore pour l’environnement. Ces trois domaines méritent d’être approfondis pour mieux appréhender les implications de ce mode de vie et répondre aux questions associées à ce changement. Reportez-vous à notre article « Pourquoi prendre la bonne résolution de devenir vegan ? » et surfez sur Internet pour trouver des réponses aux questions que vous vous posez (droits des animaux, nutrition végétalienne, impact de l’élevage sur l’environnement,…). Cultivez votre curiosité pour agir de manière consciente et éclairée.

Aller à son rythme

Certaines personnes deviennent vegans du jour au lendemain, d’autres ont besoin de plus de temps et de préparation. D’autres encore procèdent par étapes et commencent par devenir végétariennes. Si vous avez besoin de temps pour changer vos habitudes de consommation, commencez par celles qui concernent vos produits ménagers, cosmétiques ou de soin, votre garde-robe et vos divertissements. Recherchez et achetez les marques qui ne testent pas leurs produits sur les animaux. Lisez les étiquettes des vêtements et évitez toutes les matières d’origine animale (cuir, fourrure, laine, soie, duvet), y compris pour votre ameublement. Certaines matières animales ne sont pas indiquées en français, ce qui ne facilite pas la lecture des étiquettes.

Le guide « Vivre Vegan » d’International Campaigns – disponible sur nos stands – vous renseignera à ce sujet. Les matières d’origine végétale ou synthétique sont très largement répandues (coton, satin, lin, simili-cuir, polyester, élasthanne, acrylique, viscose). De plus, vous avez statistiquement plus de chances de trouver des vêtements vegans que des habits contenant des matières animales. Concernant les divertissements, plutôt que d’emmener vos enfants au cirque avec animaux, d’aller dans des parcs aquatiques l’été avec vos amis ou de vous rendre au zoo, préférez les innombrables activités qui ne contribuent pas à exploiter les animaux !

Même les vegans de longue date continuent à découvrir des produits contenant des ingrédients ou composants d’origine animale pour le moins inattendus : additifs, arômes, colles dans certaines chaussures, colorants ou conservateurs alimentaires. Bougies, cigarettes (filtres), boissons (bières et vins) et autres produits listés dans notre guide ne sont pas épargnés. Ces produits animaux cachés ne doivent pas vous dissuader d’adopter un mode de vie vegan tant les avantages qu’il offre dépassent ces difficultés !

Découvrir les richesses de l’alimentation végétale

En parcourant les rayons des magasins bio (les grandes surfaces traditionnelles offrant souvent moins de variété), vous trouverez une multitude de fruits, légumes, céréales, légumineuses, noix et oléagineux que vous ne connaissiez pas et qui assurent une alimentation variée et équilibrée.

Ces mêmes magasins proposent souvent des « similis », des aliments qui ressemblent à de la viande, de la charcuterie ou du fromage mais qui ne sont pas d’origine animale. Vérifiez la présence de la mention ou du logo « Vegan » ou lisez la liste des ingrédients pour vérifier l’absence de viande, de poisson, d’œufs, de produits laitiers, de miel ou d’arômes et testez ces produits ! Si certains produits ou plats végétaliens ne plaisent pas à tout le monde, d’autres font l’unanimité, y compris auprès des non vegans qui croient manger un de leurs plats traditionnels ! Profitez-en aussi pour partager ces découvertes avec votre entourage qui sera certainement ravi de découvrir tout un éventail de saveurs et de textures nouvelles. D’innombrables sites Internet proposent des recettes vegans. Procurez-vous des livres de cuisine recommandés par d’autres vegans. Préparez tous ces nouveaux ingrédients de différentes manières en les faisant mariner, rôtir, frire et en les agrémentant de sauces variées…

Organiser ses repas à l’extérieur

Si vous avez près de chez vous un restaurant vegan ou qui propose des plats vegans, découvrez-le ! Ce peut être aussi l’occasion de montrer à votre entourage qu’on peut se faire plaisir en mangeant vegan. Dans un restaurant non vegan, le plus efficace pour obtenir un repas végétal est de questionner le serveur sur la présence de produits d’origine animale dans tel ou tel plat. Si rien sur la carte ne vous semble être vegan, demandez à faire remplacer les ingrédients non vegans par des ingrédients d’origine végétale. Cela ne devrait pas poser de problème puisque ces ingrédients sont souvent moins chers.

Si toutefois le serveur était trop désemparé ou hostile à votre demande, faites appeler un responsable. Si aucun plat n’est adaptable, optez pour une salade la plus agrémentée de crudités, légumes et aromates possibles en suggérant au restaurant qu’il serait utile de proposer des options vegans. S’il est vrai que la restauration évolue au niveau des offres vegans, il est toujours bon d’encourager ses efforts !

Au travail, si vous mangez habituellement dans un restaurant collectif, renseignez-vous pour savoir s’il existe des plats vegans. Si ce n’est pas le cas, suggérez à la direction d’en proposer. Vous pouvez aussi, comme des millions de Français, préparer votre repas à la maison et l’emporter au travail. Vous aurez ainsi la garantie d’avoir un repas équilibré et qui respecte vos convictions.

S’affirmer, s’entourer et échanger avec d’autres vegans

La pression sociale peut être difficile à affronter lorsqu’on n’y est pas préparé, pour ne pas dire presque inévitable au contact de personnes non vegans. Dès lors que vous annoncerez votre intérêt pour le véganisme ou votre décision de devenir vegan, vous risquez de crouler sous les interrogations. Certaines seront liées à de la simple curiosité, voire à un intérêt naissant pour ce mode de vie pas encore connu de tous. Vous pourrez y répondre sereinement. D’autres en revanche pourront viser à vous décrédibiliser. Ne vous laissez pas influencer ou démotiver par ce type de comportement !

La société nous conditionne dès le plus jeune âge à trouver naturel et nécessaire d’utiliser les animaux à notre guise comme nourriture, vêtements, support de recherche ou objet de divertissement. Face à une personne vegan ou en passe de le devenir, certains, y compris dans votre famille, peuvent manifester des réactions de rejet, de moquerie ou de déni.

La plupart des gens ont des habitudes et des traditions bien ancrées et ne voient jamais d’un bon œil ce ou ceux qui pourraient venir bousculer leur quotidien. Restez calme dans ces moments-là. Argumentez en recentrant la discussion sur les raisons pour lesquelles vous êtes ou souhaitez devenir vegan. Si vous sentez que le dialogue est impossible, mieux vaut ne pas insister et changer de sujet.

Si votre entourage ne comprend pas votre décision malgré vos explications, n’hésitez pas à visiter des forums, des groupes Facebook réunissant des vegans de votre région ou à contacter une structure vegan proposant des rencontres, des repas ou d’autres activités en commun pour vous sentir moins isolé(e).

Si vos convictions vacillent, si vous perdez de vue la raison pour laquelle vous avez décidé de devenir vegan ou si vous résistez mal à la pression sociale, n’hésitez pas à visionner des documentaires sur l’exploitation animale comme Earthlings ou Cowspiracy, à parcourir des sites informatifs sur le bien-fondé et la légitimité du véganisme ou encore à échanger avec d’autres vegans sur vos difficultés actuelles.

Entretenir sa santé

Même s’il est théoriquement possible de ne manger que des produits cuisinés ou transformés qui imitent les plats dont vous aviez l’habitude, cette solution n’est pas forcément la meilleure pour garder la forme à long terme. Les vegans aussi peuvent avoir une alimentation déséquilibrée, non pas parce qu’ils sont vegans mais parce que la composition de leurs repas est mal étudiée.

Privilégiez une alimentation riche en fruits et légumes frais, en graines, en oléagineux, en céréales complètes et en légumineuses. Informez-vous sur la nutrition et les apports indispensables en vitamines et minéraux dans le cadre d’une alimentation végétalienne. Des sites Internet ou des nutritionnistes spécialisés sont aussi à disposition. Et pensez à pratiquer une activité physique régulière !

Vegan.. et après ?

Une fois vegan, vous vous interrogerez peut-être sur l’importance de vous investir pour promouvoir tous les bienfaits du véganisme. En tant que nouveau vegan, vous pourrez informer les autres sur vos motivations et parler de votre expérience.
Pourquoi ne pas rejoindre ou créer un groupe local de sensibilisation au véganisme ?

Vous pourrez ainsi participer à l’animation des campagnes de notre collectif : « Bonnes Résolutions Vegan » en janvier, « Journée Sans Viande » en mars et « Mois Mondial Vegan » en novembre.

À bientôt !