Médias et expérimentation animale

Médias et expérimentation animale

Dans le cadre de l’apologie faite à l’expérimentation animale, l’émission « Bye Bye cobaye » était diffusée et rediffusée à la fin de l’été 2011 sur France 5.

On y a parlé des progrès réalisés : chartes éthiques, directive cosmétique…des arguments auxquels nous ne pouvons adhérer tant l’opacité règne autour des laboratoires.

Le Professeur NOUËT Président d’honneur de la Ligue Française des Droits de l’animal y a déclaré : « les gens ont une vision anthropomorphique de l’animal et des degrés d’intérêt pour les espèces ». Pour notre part, la souffrance des souris auxquelles on inocule des cellules cancéreuses pour étudier ensuite les tumeurs qu’elles développent est aussi digne d’intérêt que la souffrance du chien ou du lapin.

Les méthodes substitutives y étaient présentées comme « des méthodes de complément indissociables de la recherche sur les animaux ».

D’une part, la validation des méthodes sans animaux tarde, d’autre part nous savons les réticences de tous à modifier ses pratiques. De surcroît, l’élevage des animaux de laboratoire est un commerce lucratif – pratiqué aussi de manière maltraitante pour l’animal – ce qui fait perdurer encore la vivisection.

L’émission a laissé une large part aux étudiants du Lycée Professionnel Vendôme.

Nous proposons d’envoyer un courrier au Proviseur de l’Etablissement.

Ci-dessous une lettre-type à envoyer telle quelle ou à modifier selon vos souhaits, vos disponibilités…

Egalement dispoonible au format Word ici.

Merci de votre lecture

Oïkos Kaï Bios

*************************************

NOM, Prénom

Adresse

Date

Objet : émission « Bye Bye cobayes »

Lycée d’Enseignement Général Technologique et Agricole (LEGTA)

Monsieur Bruno RICARD, Proviseur

BP 106 AREINES

41106 VENDOME Cedex

Monsieur le Proviseur,

Plusieurs formations à l’expérimentation animale sont proposées dans votre lycée, dont une formation de Technicien en Expérimentation Animale (bac professionnel).

France 5 diffusait en août et septembre 2011 l’émission « Bye Bye cobaye ». Une classe du lycée Professionnel Vendôme était filmée à cette occasion et je m’interroge sur le sens de la présence du LEGTA à la télévision.

L’on y voit en effet des étudiants caresser des chiens Beagle, en insistant sur la socialisation de l’animal. Nous vous rapportons quelques propos de l’enseignant filmé avec sa classe.

« On les caresse bien, tranquillement, cela s’appelle le caressing » ou encore « on apprend la philosophie des apprentissages, comment tenir, contenir » (sic).

Ce professeur a-t-il dit aux élèves que les cordes vocales de ces trop gentils animaux étaient sectionnées afin qu’ils ne puissent hurler lors d’expériences douloureuses. Il eût été plus honnête de montrer aux téléspectateurs les chiens maintenus dans des « tubes de contention » plutôt que de montrer des gestes anodins qui consistent à donner par exemple une gélule à un chien.

Ce n’est pas la dure réalité des animaleries qui a été montrée, et c’est bien regrettable pour la crédibilité et l’éthique de l’information. Comment affirmer dans ce contexte  que  «la qualité première est l’amour de l’animal »  comme le dit l’enseignant.

Enfin, « faire des gens responsables de leurs actes » (sic) nous semble aussi incongru que de parler de charte éthique associées aux protocoles d’expérience quand il s’agit de torturer.

Nous vous rapportons ces autres propos de l’enseignant lors d’une séance avec des rongeurs: « on ne vous demande pas de déshabiller le lapin » (sic) or la plus grande cruauté a été exercée sur les lapins dans les laboratoires. Pendant des décennies, on a pratiqué le terrible test de Draize (instiller un produit corrosif dans l’œil du lapin, et ceci jusqu’à nécrose de l’œil). L’animal a été aussi largement utilisé pour tester les cosmétiques. Si aujourd’hui ces tests ont un peu évolué sans toutefois cesser complètement, avoir un peu plus d’égard pour ce rongeur serait un minimum pour une personne qui dit enseigner « le respect de l’animal ».

Un tel cynisme du professeur n’a eu que le mérite d’affaiblir les propos du  Professeur NOUËT.  Au cours de l’émission, ce dernier, néanmoins Président d’honneur de la Ligue Française des Droits de l’animal, a réfuté l’idée « répandue dans les milieux antivivisection » que les  scientifiques sont « sadiques, sans cœur » (cité de mémoire) « pour la simple raison qu’un animal maltraité fausserait l’expérience » (sic).  Il suffit de lire quelques articles scientifiques pour constater à quel point les animaux de laboratoire sont considérés avant tout comme du matériel d’expérience.

Ce sont toujours les mêmes arguments qui sont mis en avant pour légitimer l’inacceptable.

Je me demande pourquoi vous vous êtes prêté à une telle émission, peut-être pour des raisons publicitaires.

Compte tenu de ces diverses remarques, je confirme mon opposition à l’existence et au développement de tels enseignements qui légitiment le maintien de l’expérimentation sur les animaux. L’argent qui est investi dans ce type de cours ne l’est pas pour l’enseignement des méthodes alternatives sans animaux.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à cette lettre.

Je vous prie d’agréer, Monsieur Le Proviseur, l’expression de mes salutations respectueuses.

Signature

*****************************