Stand SALE IC Orléans – 04 février 2012

[tylr-slidr userID= »68951274@N06″ groupID= » »]http://www.flickr.com//photos/internationalcampaigns/sets/72157629190004177/show/[/tylr-slidr]C’est sur la Place du Martroi à Orléans, le 04 février 2012, que s’est tenu le premier stand local « Stop aux Animaux dans les Laboratoires d’Expérimentation ».

Notre installation fut très laborieuse et retardée par la force du vent auquel notre emplacement était soumis. Le froid glacial et mordant ayant rendu les rues habituellement animées désertes n’ont pas facilité notre approche avec les passants dans un premier temps. La vivisection est, de plus, un sujet qui effraye, rebute, propice à diverses attitudes de déni, surtout dans une ville qui abrite le CNRS, plusieurs pharmacies concurrentes dans les mêmes rues, et dont le laboratoire Servier fait vivre nombre d’Orléanais, entre autres…

Après un démarrage plus que difficile, et face à des passants qui se hâtaient de rentrer au chaud chez eux, nous prîmes la décision de préparer et distribuer plusieurs petits tas composés :

– de la liste des cosmétiques et produits ménagers non testés sur les animaux,
– du tract S.A.L.E,
– du dépliant d’Antidote Europe

Quelques discussions amorcées avec des sympathisants de la cause animale dont certains ignoraient que « même le liquide vaisselle et la lessive étaient testés sur les animaux » nous ont confortés dans l’utilité avérée de notre présence.

D’autres débats sur la « légitimité » de l’utilisation d’animaux dans les labos ont tourné court face à nos arguments, photos et vidéos explicatives à l’appui.

Plusieurs passants interpellés se sont volontiers approchés du stand sur lequel figuraient plusieurs documents informatifs en tout genre, et ont signé les 2 pétitions mises à disposition (dont la Déclaration UDAR)

Points forts, agréables ou pas :

  • Un couple de végétaliens nous a chaudement félicités de participer à l’éveil des consciences Orléanaises, a pris les coordonnées du groupe local en assurant reprendre contact avec nous, et sont repartis avec « Le petit guide végan ».
  • Une dame scandant haut et fort qu’elle a « des amis très haut placés au CNRS, et que l’expérimentation animale n’existe pas ! ». Nous lui avons donc suggéré de regarder les photos et vidéos, lui rappelant que nous n’inventions rien. « Oui, je sais bien, mais non ! Ça n’existe pas ! »
  • 2 jeunes hommes, interpellés de loin par la vidéo « Animals testing by Mars » qui s’affichait sur l’écran, se sont montrés particulièrement touchés et révoltés « du mal que les expériences pouvaient faire aux animaux ». Ils ont pris plusieurs documents, signé les pétitions et nous ont remercié de les avoir informés sur ce qu’ils ignoraient.
  • Une dame habillée avec de la fourrure (chapeau et très long manteau) s’est permise de nous faire savoir que nous faisions les choses à l’envers (!). « Ce n’est pas aux petites gens que vous devez faire la morale, mais aux industriels. Ce sont eux les responsables ! ». S’est ensuivi un débat sur la fourrure, un tract traitant du sujet à l’appui. Tract qu’elle a volontairement ignoré, tournant les talons, très énervée.
  • Sensibilisée, une étudiante à la faculté d’Orléans nous a pris une bonne trentaine de tracts SALE, triptyques et dépliants Antidote Europe afin de les distribuer « dès lundi ! ».

Point particulièrement fort car hors stand :

– Le stand remballé, nous attendions à la station de tram. Une pancarte avec une souris se faisant manipuler et ponctionner était mise en évidence volontairement au regard de tous. Une dame semblait troublée, regardait, se retournait, puis a fini par demander si la pancarte était à nous. Devant mon acquiescement, elle me dit : « Mais si on n’a plus de souris et de rats dans les laboratoires, comment peut-on faire ? » – Le tram arrive déjà. Je ne prends pas celui-ci, elle si. La discussion doit être brève et efficace. Je regarde les tracts disponibles dans le sac posé à mes pieds que je pourrais lui tendre. Celui d’Antidote Europe fera parfaitement l’affaire. Elle le prend volontiers et m’a promis de l’étudier en rentrant chez elle. Une fois montée et installée à bord du tram, je la vois à travers la vitre, déjà penchée dessus. Elle relève la tête, sourit et me fait le signe de la victoire. Ce n’est peut-être pas encore LA victoire, mais un premier succès. Et j’aime à dire que les grandes victoires s’obtiennent avec les petits succès…

La synthèse de cette journée est qu’il est primordial et vital pour les animaux que des actions sur la vivisection soient tenues le plus souvent possible, car la plupart des gens ignorent totalement que cette horreur est à ce point répandue et tenue volontairement secrète du grand public.

Rendez-vous le samedi 03 mars pour ce faire, Place du Martroi, de 14 à 19 heures.

Contact pour plus d’informations : blandinev[at]live.fr