Dissection ? Objection !

Témoignage de Virginie X, actuellement technicienne de laboratoire dans un hôpital parisien qui raconte ce qu’elle a vécu lors de son cursus dans une célèbre université parisienne, juste sous la rive gauche.

Partie à la fac faire un DEUG Science de la Vie et de la Terre, j’étais certainement trop naïve à l’époque mais je n’imaginais pas que les animaux étaient si souvent utilisés.

Il y avait un bâtiment ou l’on faisait les travaux pratiques, on sentait déjà plusieurs mètres avant d’y entrer une odeur insoutenable. C’était le genre d’odeur qui émane d’une pièce avec peu d’aération ou s’accumulent des excréments diverse. On ne pouvait pas y entrer mais j’imaginais très bien le nombre d’animaux détenus dans un espace vital très restreint.

Un jour, l’intitulé d’un cours de travaux pratiques était « l’étude du système nerveux chez la grenouille ». J’avais compris qu’il s’agissait de dissection mais ce que j’ignorais c’était que l’on devait nous-mêmes tuer la grenouille ! Le professeur est entré avec une caisse qu’il avait déposée sur une table le temps de nous expliquer le déroulement du cours.

Pendant tout ce temps on entendait les grenouilles sauter et se cogner contre le couvercle de la caisse ! Puis il nous a demandé de prendre une grenouille par binôme et de la tuer!

Je lui ai dit que je n’y toucherai pas et je n’ai absolument rien fait durant cette séance. J’étais écoeurée de voir que certaines personnes étaient « excitées » à l’idée de disséquer ces pauvres grenouilles !

Après ce genre d’experience, j’ai su que je ne pourrai jamais travailler dans un laboratoire avec des animaux.

Souvent les gens s’imaginent que ce n’est pas si atroce que cela en a l’air mais pour beaucoup de techniciens et chercheurs les animaux sont de simples outils de travail.

Il y a quelques années, j’ai postulé dans un laboratoire. Lors de l’entretien j’étais ravie. Ce poste était très intéressant jusqu’au moment où la cadre m’annonce qu’ils travaillent également avec des rats et que bien entendu je devrais comme tout le monde m’en « occuper ». J’ai stoppé l’entretien et lui ai dit que je n’étais plus intéressée.

Ce qui me dégoute le plus c’est que les techniciens et chercheurs ne voient pas ou plus les animaux comme des êtres vivants et sensibles mais seulement comme des objets leur permettant d’aboutir à un résultat pour leurs recherches.

Les chercheurs reçoivent des enveloppes financières pour leurs techniques. Il est donc necessaire pour eux d’apporter des résultats, qu’ils soient aberrants ou pas ils doivent faire des publications.

Le monde de la recherche est un monde à part. Ils sont dans leur bulle où on trouve horreur et souffrance mais le gouvernement ne s’en soucie pas. Beaucoup d’argent est dépensé pour des recherches souvent inutiles.

Je sais par exemple que depuis longtemps des singes sont sacrifiés pour la recherche contre le VIH. Beaucoup de singes pour des tout petits résultats qui réjouissent les unités de recherche qui les trouvent car le VIH est une affaire mondiale.

Mais à les écouter ça ressemble à une course pour découvrir en premier LA solution pour soigner ou stopper le virus. Bien sûr c’est important, bien sûr beaucoup de gens décèdent mais inoculer le virus à un animal, même génétiquement proche de nous ne permettra pas de « décortiquer » totalement le virus selon moi.

Quand le virus du VIH infecte un organisme il va se reproduire et donner des virus qui seront différents. Ces virus sont également différents d’un organisme à un autre. Donc pourquoi chercher la solution sur un organisme d’un autre animal que l’homme ?

A notre époque et avec les possibilités de substitution à la vivisection, il est possible d’avancer dans le domaine de la recherche.

Il faudrait juste s’en donner les moyens !